Partner im RedaktionsNetzwerk Deutschland
Höre {param} in der App.
Höre RFI - La marche du monde in der App.
(124.878)(171.489)
Sender speichern
Wecker
Sleeptimer
Sender speichern
Wecker
Sleeptimer
StartseitePodcastsGeschichte
RFI - La marche du monde

RFI - La marche du monde

Podcast RFI - La marche du monde
Podcast RFI - La marche du monde

RFI - La marche du monde

hinzufügen

Verfügbare Folgen

0 von 24
  • Irlande: les femmes dans l’ombre de l’IRA
    Il y a cent ans, en 1922, débutait la guerre civile irlandaise... Elle fera, en un an, entre 2 000 et 4 000 victimes et se soldera en 1923 par la défaite des nationalistes qui doivent se résigner à la partition de l’île entérinée par le traité de Londres. Un traité signé 3 ans plus tôt, en 1921, au terme d’une guerre d’indépendance marquée par des attentats et des opérations coup de poing de l’IRA, l’armée républicaine irlandaise, qui va obliger l’Angleterre à faire des concessions.  Le traité anglo-irlandais officialise alors la création d’un État libre d’Irlande, membre du Commonwealth dont le Parlement doit prêter allégeance à la couronne britannique. Le Royaume-Uni, lui, garde les 6 comtés de l’Irlande du Nord. Le camp nationaliste se divise entre pro et anti-traité... la guerre civile éclate... Quel rôle a joué le Conseil des femmes - « Cumann na mBan » en gaélique- dans l’ombre de l’IRA, tout au long du combat pour la réunification de l’Irlande  ?      Invitée : Lesley Lelourec, maîtresse de conférence et chercheuse en Civilisations britannique et irlandaise à l’Université Rennes 2, a publié  « Northen Ireland after the good Friday agreement : building a shade future from a trouble past », aux éditions Peter Lang. Reportage de Laura Taouchanov à Dublin.
    6/26/2022
    48:30
  • La ségrégation des soldats noirs dans l’armée américaine en 1939-45
    Ils ont participé à la Première comme à la Deuxième Guerre mondiale, en Europe et dans le Pacifique, tout en étant victimes de ségrégation raciale, considérés comme des soldats de seconde zone dont il fallait se méfier, méprisés ou humiliés par des officiers blancs imprégnés de préjugés... Au total, plus de 900 000 soldats noirs ont combattu dans les rangs de l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a pourtant fallu attendre 1948 pour que le président Harry Truman ordonne par décret aux instances militaires de mettre fin à la ségrégation raciale : « Rien ne justifie, déclare-t-il alors, la discrimination en raison des ancêtres, de la religion, de la race ou de la couleur ».  Cette date restera une étape importante dans l’histoire de l’armée américaine et dans la longue marche des soldats africains-américains vers l’égalité...  Comment la guerre 1939-45 a-t-elle amené la question raciale au premier plan ? Quel impact a eu le conflit sur le mouvement des droits civiques ? Que s’est-il passé entre 1941 et 1945  à Fort Huachuca en plein désert de l’Arizona ? Ce laboratoire des relations interraciales dans l’armée américaines a-t-il fait bouger les lignes ? Deux invités : - Pauline Peretz, maîtresse de conférences à l’Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis, directrice adjointe de l’Institut d’Histoire du Temps présent, a publié  « Une armée noire. Fort Huachuca, Arizona (1941-1945) », aux Éditions du Seuil, dans la collection l’Univers historique. - Nicolas Martin Breteau, maître de conférence à l’Université de Lille, spécialiste de l’histoire des USA et de l’histoire africaine-américaine, a publié en 2020 aux éditions de l’EHESS « Corps politiques. Le sport dans les luttes des Noirs américains pour l’égalité depuis la fin du XIXe siècle ».
    6/17/2022
    48:30
  • L’émigration portugaise 1960-1974: fuir la misère, la dictature et les guerres coloniales
    Entre 1957 et 1974, le Portugal se vide de ses habitants : plus d’un million et demi d’entre eux émigrent pour fuir la misère, la dictature de Salazar et les guerres coloniales à partir de 1961. Plusieurs centaines de milliers d'entre eux partent pour la France, en quête d’une vie meilleure. D’abord au début des années 1960, « a salto », littéralement en faisant le saut, de façon clandestine. Ils arrivent sans papiers et viennent grossir les bidonvilles boueux où s’entasse la main d’œuvre bon marché des Trente Glorieuses.  Le réalisateur José Vieira raconte leurs histoires de vie de labeur et de sacrifice, à travers de nombreux documentaires dont le dernier, « Nous sommes venus », dresse un parallèle entre l'émigration qu’il a lui-même vécue avec ses parents, et celle de milliers d’Africains subsahariens qui traversent les frontières vers l’Europe, eux aussi dans la souffrance et en quête d’un avenir.     Participants : - José Vieira, réalisateur de nombreux documentaires sur les migrations, et témoignages extraits de ses documentaires: Les gens du Salto – « La photo déchirée » et « Seixas » (2001) ; « Nous sommes venus » (2021). ⇒ Cinémathèque - Victor Pereira, historien, actuellement à l’Institut d’histoire contemporaine de l’Université de Lisbonne - Hugo Dos Santos, réalisateur et membre de l’association Mémoires Vives / Memorias Vivas (Extrait de son documentaire « Transit ») - Fernando Cardoso et Antonio Barbosa Topa, déserteurs exilés des guerres coloniales portugaises, qui témoignent dans le livre « Exils », paru aux éditions Chandeigne (février 2022) - Isabelle Ferreira, artiste, expose à la Galerie Maubert à Paris ses travaux à partir de « La photo déchirée », intitulés « 9 jours et une nuit ». Archives INA.   (Rediffusion).
    6/10/2022
    48:30
  • Sénégal: partager les archives, construire la mémoire
    Reportage à Dakar : construire son histoire, c’est avoir accès à ses archives écrites, sonores, audiovisuelles, populaires et se les réapproprier. C’est aussi sauvegarder son patrimoine audiovisuel qui s’abîme, partager ses archives, les rendre accessibles au public. Au Sénégal, un travail mémoriel est engagé avec tous les acteurs pour tenter de mettre en valeur ce patrimoine. Participants : - Ibrahima Wane, professeur de Littérature et de Civilisation africaines au Département de Lettres modernes de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD)  - Mamadou Diouf, historien sénégalais, spécialiste de l’Histoire coloniale, enseignant-chercheur à l’Université de Columbia (États-Unis) - Baba Diop, journaliste cinéma sénégalais, membre du collectif MamiWata pour la restauration des archives  - Ousmane Sene, directeur de la radio UCAD-FM - Mohamed el Mounir Baro, chef de la Division Communication et Coopération à la Direction de la Cinématographie (DCI) - Dieynaba Badji Ndiaye, responsable des archives vidéo de la Radio Télévision Sénégalaise (RTS) - Marco Lena, directeur exécutif du FAASM (Fonds d’archives africain pour la sauvegarde des mémoires) et du collectif MamiWata - Ndiouga Benga, enseignant-chercheur au Département d’Histoire de l’UCAD - Étudiants en réalisation audiovisuelle à Ciné Banlieue Dakar et à l’UCAD. Extraits d’archives audiovisuelles.   Remerciements : - Direction de la Cinématographie du Ministère de la Culture et de la Communication du Sénégal - Université Cheikh Anta Diop de Dakar - Département des archives du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac en France.
    6/3/2022
    48:30
  • Colombie: une longue construction de la paix avec les Farc
    À la rencontre des grands témoins et acteurs du conflit entre l’État colombien et la guérilla des Farc, qui ont signé il y a près de 6 ans des accords de paix : Rodrigo Londoño, ex-chef des Farc, Sergio Jaramillo, un des négociateurs pour l’État colombien, et Bertha Lucía Fríes, victime d’un attentat perpétré par les Farc en 2003. Ces accords de paix devaient mettre fin à plus de 50 années de guerre, un conflit sanglant qui a fait près de 300 000 morts, 80 000 disparus et plus de 7 millions de déplacés. Ces accords en six points ont été signés à La Havane, le 24 août 2016, sous l’égide de Cuba et de la Norvège, puis à nouveau pour l’image le 26 septembre 2016 dans la ville de Carthagène, symbole de la résistance à la couronne espagnole. Lors de cette cérémonie, le président Juan Manuel Santos appelait à ne plus faire la guerre et le chef des Farc Rodrigo Londoño, alias Timochenko, demandait pardon aux victimes. Retour sur ces difficiles négociations, en cette année électorale cruciale pour la Colombie et alors que la paix n’est pas encore revenue dans les régions.   Invités : Rodrigo Londoño (alias Timochenko ou Timoleón Jimenez dans les Farc) : dernier chef de la guérilla des Farc de 2011 à 2016. Candidat à la présidence en 2018 pour le parti « Force alternative révolutionnaire du commun »  devenu le Parti Comunes qu’il dirige. Sergio Jaramillo, ancien vice-ministre de la Défense entre 2006 et 2009, puis haut-commissaire à la Paix sous la présidence de Juan Manuel Santos. Il a été l’un des négociateurs de paix des accords de 2016 avec les Farc. Ambassadeur de Colombie à Bruxelles auprès de l’Union européenne et aujourd’hui haut conseiller auprès de l’Institut Européen de la Paix à Bruxelles Bertha Lucía Fríes, victime de l’attentat d’El Nogal à Bogota le 7 février 2003 perpétré par les FARC, partisane de la paix, très impliquée dans le processus de réconciliation. Juan José Lozano, co-réalisateur du film documentaire de fiction « Jungle Rouge » sur les derniers moments de Raul Reyes (ex numéro 2 des Farc) avant qu’il ne soit tué dans un bombardement de l’armée colombienne à la frontière de l’Équateur en 2008. Un film inspiré des plus de 10 000 mails retrouvés dans les ordinateurs de Raul Reyes. (Rediffusion)
    5/27/2022
    48:30

Ähnliche Sender

Über RFI - La marche du monde

Sender-Website

Hören Sie RFI - La marche du monde, 1LIVE und viele andere Radiosender aus aller Welt mit der radio.de-App

RFI - La marche du monde

RFI - La marche du monde

Jetzt kostenlos herunterladen und einfach Radio & Podcasts hören.

Google Play StoreApp Store

RFI - La marche du monde: Zugehörige Sender