Partner im RedaktionsNetzwerk Deutschland
Radio Logo
Der Stream des Senders startet in {time} Sek.
StartseitePodcastsGesellschaft
RFI - Si loin si proche

RFI - Si loin si proche

Podcast RFI - Si loin si proche
Podcast RFI - Si loin si proche

RFI - Si loin si proche

hinzufügen

Verfügbare Folgen

5 von 24
  • Titaÿna, la femme aux semelles de vent
    Nouvel épisode de « Compagnons de route », notre série de portraits d’écrivain.e.s voyageurs et voyageuses. À la découverte d’une femme pressée, mais oubliée : Titaÿna, icône des années folles et seule femme grand reporter de son époque.  Née en 1897 dans les Pyrénées-Orientales, Élisabeth Sauvy a choisi pour nom de plume Titaÿna, « par indépendance et individualisme », espérant que ce nom d’origine catalane qui évoque « l’héroïne d’un mystère inconnu (...) soit un gage de réussite ». Et à sa manière il l’a été, puisque la journaliste et écrivaine française, férue d’aventures et de sensations fortes, s’est hissée un temps, au rang de grand reporter, aux côtés de Joseph Kessel ou Albert Londres. Jusqu’à ce qu’elle perde pied, se confonde dans la collaboration et tombe en disgrâce puis dans l’oubli.  Retour aux années 1920, le public est avide de récits au long cours et d’horizons lointains. Le monde s’est élargi au sortir de la Grande Guerre et dans la presse, toute puissante, un genre nouveau : le reportage littéraire, triomphe. C’est durant cette parenthèse effervescente et particulièrement créative des années folles que Titaÿna va enchaîner les voyages, les publications dans la presse et les livres comme Loin, La caravane des morts, Une femme chez les chasseurs de têtes ou Les ratés de l’aventure. Pionnière de l’aviation, voyageuse risque-tout et féministe d’avant-garde, Titÿana multiplie les heures de vol, les accidents et les tours du monde. Sans cesse en quête de scoop et de reconnaissance, elle est avide à la fois de rencontres sincères avec des peuples méconnus d’Indonésie ou d’Océanie, mais aussi d’interviews exclusives des puissants de son époque (Mussolini, Atatürk, Liautey ou encore Hitler), des interviews qu’elle obtient sans souci de l’étiquette et parfois de la contradiction strictement journalistique. Un temps, elle va aussi s’essayer au cinéma documentaire, consciente déjà qu’elle tient là un nouveau langage pour raconter le monde et les autres.  Un jour au Maroc, le lendemain sur un cargo pour l’Amérique, Titaÿna est un personnage fascinant, trouble et insaisissable. Mais au-delà de son destin brisé - elle finira en exil aux États-Unis, oubliée de tous, et décèdera seule en 1966 -, ses écrits restent et frappent encore aujourd'hui par leur modernité. Pionnière du journalisme d’immersion et d’impressions, à hauteur d’homme ou plutôt de femme, elle va critiquer de sa plume acérée et poétique, les ravages de la colonisation et les mirages de l’exotisme, encore si puissants en son temps. Une lucidité, un humanisme qu’elle ne mettra, hélas, pas à profit, pendant la Seconde Guerre mondiale.  Aujourd’hui, en France, ses écrits sont redécouverts. Ses livres sont notamment réédités aux Éditions Marchialy. Et la biographie qu’a consacrée le journaliste et écrivain Benoît Heimermann à Titaÿna est ressortie en 2020. Ce livre hyperdocumenté, sensible et passionnant, se lit comme un roman d’aventures et demeure à ce jour une référence pour qui voudrait suivre cette femme de lettres dans un milieu d’hommes, que l’on a surnommé en son temps « la femme aux semelles de vent ».  Avec Benoît Heimermann, auteur de Titaÿna. L’aventurière des années folles disponible aux Éditions Points Aventure / Seuil. Un portrait radiophonique initialement diffusé en février 2022.   Quelques ouvrages de Titaÿna : Une femme chez les chasseurs de tête, Titaÿna. 1934. Réédition 2016 aux Éditions Marchialy.  Les ratés de l’aventure, Titaÿna. 1938. Réédition 2020 aux Éditions Marchialy. La bête cabrée, Titaÿna. Aux Éditeurs associés - Les Éditions du Monde moderne, 1925. Loin, Titaÿna. Éditions Flammarion. 1929.    Quelques ouvrages de Benoît Heimermann :   Titaÿna. L’aventurière des années folles, une biographie de Benoît Heimermann. 1994. Réédition 2020 aux Éditions Point Aventures / Seuil. La Ligne Latécoère-Aéropostale, Benoît Heimermann. 2011. Villalobos-Latécoère Éditions. Femmes des pôles, Benoît Heimermann. Éditions Paulsen. 2016. Albert Londres. La plume et la plaie, Benoît Heimermann. Éditions Paulsen. 2020.
    11/27/2022
    48:30
  • Au fil de l’eau en Casamance, au cœur de la réserve de Kalissaye [2/2]
    À l’extrême sud du Sénégal, en Casamance, entre la Guinée-Bissau et la Gambie, se trouve une réserve protégée à nulle autre pareille : un dédale de bancs de sable, de lagunes, de mangroves et d'îlots forestiers, véritable refuge pour les oiseaux, les dauphins ou les tortues marines mais aussi les voyageurs de passage. Découverte au fil de l'eau d'un monde insulaire fascinant, en compagnie d'agents de conservation et d'habitants, véritables gardiens d'une nature riche mais fragile. Créée en 1978, la Réserve Ornithologique de Kalissaye se déploie sur plus de 30 000 hectares entre les îles du Bliss et de Karones, au cœur du delta du fleuve Casamance. Traversés de marigots, de vasières et de bolongs, les lieux se découvrent en pirogue et à petits pas, pour ne pas déranger les milliers d'oiseaux marins ou d’espèces marines menacées qui viennent y trouver des lieux de ponte et de reproduction.  Depuis des décennies, la Casamance est une région surtout connue pour abriter l’un des plus vieux conflits sécessionistes du continent; et pourtant, loin des radars des voyageurs et des zones rouges sécuritaires, cette réserve ouverte au public, fait office d'espace de quiétude et de nature unique en son genre. En effet, malgré son classement en réserve protégée par l’État, la ROK demeure habitée et les populations insulaires locales sont étroitement associées à la conservation des lieux, dans une gestion partagée et concertée entre agents des parcs nationaux et villageois, parmi lesquels certains sont désignés comme éco-gardes. Et c’est justement cette gouvernance partagée qui en fait sa force.  Sur place, malgré de maigres ressources, un manque manifeste d'eau potable et d’électricité, les habitants de la réserve mettent en place des solutions basées sur la nature pour se maintenir sur ces terres isolées. Accompagnés par le Comité français de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), ils réinventent alors chaque jour un mode de vie soucieux de cet environnement qui les entoure, cherchant à préserver la mangrove ou les ressources halieutiques, dans un équilibre déjà fragile et menacé chaque jour un peu plus par les dérèglements climatiques ou la surpêche en cours.  Parfois, il faut s'éloigner des grands centres pour aller au cœur des choses, et c'est ce qu'enseigne un voyage à Kalissaye, ce bout du monde qui, à sa manière, en est le centre.  Un reportage en 2 épisodes de Raphaëlle Constant, initialement diffusé en mai 2022.   Pour prolonger le voyage. Liens utiles : - La page Facebook de la Réserve Ornithologique de Kalissaye - Les objectifs du PPI ou programme de petites initiatives africaines dans la ROK - La page Facebook du Comité français de l’UICN.
    11/20/2022
    48:30
  • Au fil de l’eau en Casamance, au cœur de la réserve de Kalissaye [1/2]
    À l’extrême sud du Sénégal, en Casamance, entre la Guinée-Bissau et la Gambie, se trouve une réserve protégée à nulle autre pareille : un dédale de bancs de sable, de lagunes, de mangroves et d'îlots forestiers, véritable refuge pour les oiseaux, les dauphins ou les tortues marines mais aussi les voyageurs de passage. Découverte au fil de l'eau d'un monde insulaire fascinant, en compagnie d'agents de conservation et d'habitants, véritables gardiens d'une nature riche mais fragile. Créée en 1978, la Réserve Ornithologique de Kalissaye se déploie sur plus de 30 000 hectares entre les îles du Bliss et de Karones, au cœur du delta du fleuve Casamance. Traversés de marigots, de vasières et de bolongs, les lieux se découvrent en pirogue et à petits pas, pour ne pas déranger les milliers d'oiseaux marins ou d’espèces marines menacées qui viennent y trouver des lieux de ponte et de reproduction.  Depuis des décennies, la Casamance est une région surtout connue pour abriter l’un des plus vieux conflits sécessionistes du continent; et pourtant, loin des radars des voyageurs et des zones rouges sécuritaires, cette réserve ouverte au public, fait office d'espace de quiétude et de nature unique en son genre. En effet, malgré son classement en réserve protégée par l’État, la ROK demeure habitée et les populations insulaires locales sont étroitement associées à la conservation des lieux, dans une gestion partagée et concertée entre agents des parcs nationaux et villageois, parmi lesquels certains sont désignés comme éco-gardes. Et c’est justement cette gouvernance partagée qui en fait sa force.  Sur place, malgré de maigres ressources, un manque manifeste d'eau potable et d’électricité, les habitants de la réserve mettent en place des solutions basées sur la nature pour se maintenir sur ces terres isolées. Accompagnés par le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), ils réinventent alors chaque jour un mode de vie soucieux de cet environnement qui les entoure, cherchant à préserver la mangrove ou les ressources halieutiques, dans un équilibre déjà fragile et menacé chaque jour un peu plus par les dérèglements climatiques ou la surpêche en cours.  Parfois, il faut s'éloigner des grands centres pour aller au cœur des choses, et c'est ce qu'enseigne un voyage à Kalissaye, ce bout du monde qui, à sa manière, en est le centre.  Un reportage en deux épisodes de Raphaëlle Constant, initialement diffusé en mai 2022.    Pour prolonger le voyage, liens utiles - La page Facebook de la Réserve ornithologique de Kalissaye - Les objectifs du PPI ou Programme de petites initiatives africaines dans la ROK - La page Facebook du Comité français de l’UICN.
    11/13/2022
    48:30
  • Lubumbashi en choeurs
    Au sud de la RDC, Lubumbashi est surtout connue pour être la capitale du cuivre et le coffre-fort du Congo. Pourtant, à l’ombre des terrils et des églises, une solide tradition chorale s’est ancrée dans la ville, portée par des musiciens classiques et des chanteurs passionnés. (Rediffusion du 21 janvier 2022). Chaque dimanche, dans le quartier de Makomeno, avec ses flamboyants et sa vue imprenable sur le terril et l’emblématique cheminée d’usine de la ville, on croise un fascinant ballet de choristes qui, une fois la messe terminée, se dispersent dans le grand parc situé juste derrière l’église Saint Eloi, afin de répéter d’autres chants, religieux ou profanes.  Pour eux comme pour les chanteurs des dizaines de chorales que compte la ville, la musique est une passion de tous les instants, le sel de leur existence, même si elle ne remplit pas la marmite. Qu’ils soient banquiers, ouvriers, tailleurs ou avocats, ces choristes ont pris souvent très tôt le goût de la musique classique occidentale, cultivant un art bien particulier d’harmoniser les chants, qu’ils soient religieux ou populaires.  Cette tradition chorale s’est développée à l’ombre des terrils mais surtout des églises, au temps de la colonisation belge, quand la ville, fondée en 1910, s’appelait alors Elisabethville. Elle a fait émerger des figures, comme Joseph Kiwele, grand compositeur katangais né en 1912 et décédé en 1961, qui a également adapté des chants traditionnels pour des chœurs classiques. Aujourd’hui, ses dignes successeurs continuent à défendre et porter haut ce patrimoine méconnu, mais précieux dans une ville dénuée de tout conservatoire ou école de musique.  En ces temps de crise économique, alors que la prospérité lushoise d’antan n’est plus qu’un fantôme, les chorales sont des sanctuaires où se mélangent les classes sociales, les genres et les âges, qui cultivent le bonheur d’être ensemble et transcendent un quotidien fait de difficultés.  Un reportage de Vladimir Cagnolari.   En savoir plus: - Sur les chorales au Congo - Sur la chorale des petits chanteurs à la croix de cuivre - Sur la chorale Les Troubadours de Lubumbashi - Sur le compositeur katangais (et plus tard politicien) Joseph Kiwele - Sur la Missa Luba et la Missa Katanga - Sur Serge Kakudji, chanteur lyrique qui a débuté dans les Troubadours de Lubumbashi et fait aujourd’hui carrière en Europe - Sur le paysage musical de Lubumbashi, un panorama dressé en 2005 par Vladimir Cagnolari.
    11/6/2022
    48:30
  • Sur le chemin des vierges enceintes
    À l’occasion du Festival du documentaire et du livre « Le Grand Bivouac » qui vient de se tenir à Albertville, on part à la découverte d’un chemin original, tracé par la photographe Viviane Lièvre et l’écrivain nomade français Jean-Yves Loude, invité du festival. Ensemble, les deux ethnologues sont partis du Puy-en-Velay jusqu’en Galice en passant par le Portugal, en quête de vierges enceintes, faisant du voyage une quête de vérité, de justice et d’égalité. Pour sa 21ème édition qui vient de s’achever, le festival français d’Albertville a décidé de célébrer les « identités remarquables », mais aussi de « prendre le monde à témoin ». Témoin du monde et de ses coulisses, Jean-Yves Loude, en est un assurément, tant cet écrivain sillonne le monde -lusophone surtout- depuis plus de 30 ans pour le comprendre et surtout en témoigner à son retour.  Depuis de nombreuses années, on le suit à Si loin si proche, avec sa compagne Viviane Lièvre, à travers des récits qui nous emmènent sur les traces des mémoires silenciées des Afriques, des Açores à Lisbonne en passant par le continent africain, ou encore dans l’Hindou Kouch où ils ont tous les deux longuement séjourné en tant qu’ethnologues.  Pour son dernier récit « Le chemin des vierges enceintes », paru aux Éditions Chandeigne, Jean-Yves Loude s’est longuement plongé avec Viviane Lièvre dans les textes saints, dans le Nouveau Testament, ses évangiles canoniques mais aussi apocryphes, avant de se lancer physiquement en quête de représentations bien particulières de la Vierge Marie, le ventre rond, enceinte, allaitante ou parturiente. Des statuettes parfois disparues ou cachées car jugées « irregardables » par le Concile de Trente en 1563. Leur voyage long de 14 stations, entre la France, le Portugal et l’Espagne, prend alors des allures de jeu de pistes, en quête de ces statuettes qu’il faut aller chercher dans les recoins de l’histoire, dans des églises, des musées ou des chapelles isolées. Chemin faisant, sur cette voie de Compostelle bien à eux, nos deux inspecteurs-voyageurs remontent aux sources du discours misogyne de l’Église et interrogent la faiblesse du rôle dévolu aux femmes, à commencer par Marie, une figure pourtant populaire qui a su traverser les âges et les interdits.   En savoir plus : - Sur le récit de Jean-Yves Loude, paru aux Éditions Chandeigne. - Sur le chemin des vierges enceintes, un site internet avec près de 450 photos de Viviane Lièvre vient compléter le livre.
    10/30/2022
    48:30

Ähnliche Sender

Über RFI - Si loin si proche

Sender-Website

Hören Sie RFI - Si loin si proche, RFI - Radio foot internationale und viele andere Radiosender aus aller Welt mit der radio.de-App

RFI - Si loin si proche

RFI - Si loin si proche

Jetzt kostenlos herunterladen und einfach Radio & Podcasts hören.

Google Play StoreApp Store

RFI - Si loin si proche: Zugehörige Podcasts

RFI - Si loin si proche: Zugehörige Sender